"Chère Mme Bergère de France,

          Tu me remémores de doux souvenirs d'enfance. Ma mère t'aimait beaucoup et commandait souvent tes catalogues. Je ne me souviens plus trop de ce qu'elle tricotait... Mais je me rappelle très clairement de tes catalogues. Ils étaient parsemés de petit bouts de laine. On pouvait les regarder, les toucher et même les sentir. Mais toujours délicatement, et en faisant toujours attention à bien tourner les pages pour ne pas abîmer tes petits bouts de laines.

          Plus tard, plus grande, j'ai appris que tu était une entreprise familiale française, une filature implantée dans la Meuse... bref une fierté française !

          Jusqu'à hier, je te trouvais un brun ringarde, avec des modèles un peu "vieillots", parfois "Grandes Dames"... comme les modèles tricotés par ma mère dans les années 80. Je n'avais pas vraiment regardé ta gamme de fil, je la pensais trop chère... Et j'ai rarement commandé tes petits trésors.

          Et hier, j'ai appris (d'abord par la blogosphère, puis aujourd'hui trop peu par les médias) que tu t'étais déclarée en cessation de payement. Une mauvaise gestion, une guerre entre deux frères héritiers, la faute à la crise...

          Alors je me suis documenté sur cette situation, et puis je suis allée sur ton site. J'ai regardé les modèles, certains m'ont plus (surtout la gamme Origin'). J'ai scruté tes fils, j'ai ressortie tes catalogues qui en était rempli. Et j'ai commandé, par solidarité, pour te redécouvrir, et pour tricoter ce joli petit pull que je n'avait jamais remarqué.

          Ça m'a rendu triste de penser que tu pouvait disparaître. Et puis j'ai pensé à ces 300 personnes que tu emploi. Et enfin j'ai réfléchi. J'ai réfléchi à ma façon d'acheter. J'achète des fils, des laines parce qu'elle me plaise, parce qu'elle correspondent à un modèle hyperbranché que j'ai envie de tricoter mais aussi pour leur prix... Je ne me soucis guère où et comment elles sont fabriquées.

          Pourtant je le fais quand il s'agit de me nourrir : je vais au marché, je compare les origines dans les supermarchés, j'essaye d'acheter équitable. Alors pourquoi cette philosophie ne pourrait-elle pas aussi s'appliquer à ma passion. Peut-être faudrait-il consommer autrement : acheter moins mais acheter Mieux/Français/Local ?

          Je ne sais pas si je n'acheterais plus jamais de la laine provenant de Roumanie ou de Turquie (argent aidant)... mais je peux un peu plus réfléchir à mes achats, à leur conséquences, moins céder à l'impulsivité...

          En tout cas, très chère Mme Bergère de France, j'espère que ce n'est qu'une mauvaise passe et que tu te rétabliras vite.

 

A très vite,

Mlle Madelaine. "

 

Logo-BDF